Quel type d'acheteur deviendrez vous?

publié le 17 juin 2014 à 13:17 par Ludovic Myhié   [ mis à jour : 17 juin 2014 à 13:26 ]
Le site décision achat a récemment publié une interview très intéressante de Gordon Crichton, responsable du Master Achats Internationaux et Innovation de Bordeaux. A travers cet interview, il expose sa vision de l'acheteur "moderne", relativement éloignée de la perception du  "cost killer" que l'on pourrait avoir. Si l'on peut douter de la disparition d'une compétence liée au management des coûts (capacité d'analyse de coût, d'identification des pistes de réduction des coûts directs et indirects, capacité de négociation, etc...), l'évolution du rôle de l'acheteur en tant qu'acteur de création de valeur d'une entité ne fait aucun doute.

En effet, par exemple, si l'acheteur contribue à réduire les coûts d'achat d'un produit par deux mais n'identifie pas que le produit en question est voué à disparaître et peut être ainsi un risque de dépositionnement fort pour la société, il est certain qu'il risque de ne pas être vu comme une atout pour l'entreprise. 

Souvenons nous de la courbe d'évolution de la fonction achat et donc du rôle d'acheteur (voir notre page sur l'établissement d'une matrice de maturité des achat, dont voici un extrait)



Cette courbe rappelle l'évolution de la fonction achat . Elle est relativement transposable au secteur public sachant que l'étape d'achat a été associée au sein du secteur public à une orientation fortement juridique  (l'achat étant initialement considéré comme bien réalisé s'il respectait le code des marchés publics) l'érigeant en fonction support

Aujourd'hui, la fonction achat dans le secteur public semble évoluer d'une fonction support conforme au code des marchés publics à une fonction achat de premier niveau (négociation, regroupement des besoins), souvent de façon efficace (les résultats dans le secteur des hopitaux, de certaines expériences dans les collectivités ou au niveau de l'état démontrent des résultats probants- voir par exemple ce retex sur une mutuallisation des achats au sein du ministère de l'intérieur). 

Le défi de l'acheteur dans le secteur public sera donc d'atteindre un stade mature sur cette brique achat et d'atteindre les strates complémentaires intégrant notamment l'analyse fonctionnelle, la gestion des risques ou l'innovation. Il convient néanmoins de ne pas griller les étapes de cette courbe (chaque phase doit être véritablement consolidée) et de ne pas les considérer comme indépendantes les unes des autres (par exemple, le fait d'atteindre le stade s'attachant aux coûts d'acquisition des produits/services ne doit pas conduire à cesser tout travaux pour améliorer la qualité ou le service d'approvisionnement, ces stades sont finalement cumulatifs).




Comments