Le programme 2015 du « General Services Administration » américain

publié le 30 janv. 2015 à 01:59 par Ludovic Myhié
Pour la nouvelle année, le directeur du GSA (pour rappel cette agence a pour role de coordonner les achats des agences fédérales américaines) est revenu sur son plan d’actions 2015 (http://www.gsa.gov/portal/content/203927). Ce programme offre des informations sur les objectifs de nos homologues américains. Quelques actions présentées dans ce message sont certainement à retenir:


- La politique de voyage mise en place en interne a permis de réduire de 68% les déplacements en 4 ans

- Une gestion active du patrimoine visant à se séparer des bâtiments vieux, onéreux à maintenir pour s’orienter vers des bâtiments plus récents

- La mise en place d’un programme de réduction des locaux a permis une réduction des coûts liés à cet espace de 26%

- Une réduction de la fragmentation des achats en passant d’une logique d’achat en silo à une logique d’achat transverse : mettre en place une logique de segment d’achat avec la gestion de chaque segment par un centre de service (business unit)

-  Mettre en place une plateforme électronique des achats unique pour l’ensemble des acheteurs

-  Renforcer l’approche stratégique. L’approche stratégie revient à une analyse critique des dépenses pour mieux acheter (proche de la notion classique de stratégie achat). Cela passe par la mise en place de la base de prix transverse ou par des analyses précises par segment d’achat (exemple d’analyse stratégique des dépenses ayant attrait à l’achat d’informations : livres, carte, magazines, abonnements associés http://www.loc.gov/flicc/publications/FRD/Strategic-Sourcing_2014-Q4_Final%5B1%5D.pdf- ce document est assez instructif sur la méthodologie retenue par les américains)



- Mettre en place des « blanket purchase agreements » (BPA). Le GSA utilise l’équivalent d’accord cadre multi attributaire et de marchés à bons de commande. Concrètement le BPA repose sur le mode de fonctionnement suivant : La personne publique met en place un marché à bons de commande classique sur volume estimé sur lequel elle sélectionne un prestataire fournissant une fourniture récurrente à un prix donné. Le BPA consiste à mettre en place des plans consolidés de consommations interservices (fourniture et service courants) et à obtenir un taux de remise complémentaire sur ce volume consolidé, ceci étant contractualisé via un contrat simplifié (http://www.gsa.gov/graphics/fas/BPA_Sample_Format.doc). Transposé à notre système, cela « reviendrait » à l’exemple suivant : le titulaire du marché à bons de commande propose un stylo à 3 euros au titre du contrat. La personne publique parvient à réaliser un plan de consolidation sur un volume de commande certain (par exemple, 100 000 unités) à une date certaine. Dans ce cas, le fournisseur proposerait un taux de remise complémentaire de 50% et un stylo à 1,5 euros. Ce modèle pourrait être appliqué en France via l’accord cadre mono attributaire (marché spécifique sur volume) ou via une clause de prix promotionnels. Au-delà du support juridique, toute la difficulté est de parvenir à concevoir ce plan de consolidation mutualisé. Dans tous les cas, le GSA estime pouvoir gagner 300 millions de dollars en mettant en place ce système.

En bref, les orientations américaines sont proches des orientations françaises. Il faudra dresser un bilan de ces actions même si sur le fond, ces actions ne sont que l’application de principes « classiques » en achat. A suivre.

Comments